Portrait & Transparence

Photo : Yusuf Kulmiye

Portrait par Mathieu Signorell paru dans le quotidien 24 heures du 02.09.2020, photo de Vanessa Cardoso: merci à eux.

Mon attirance pour la politique remonte à mon enfance. Je me souviens du père de mon meilleur ami soudainement au chômage et déclassé aussitôt, de l’ambiance lourde qui pesait chez lui, des difficultés scolaires de mon ami. J’ai vu dans la politique un moyen de changer les choses, de renforcer l’égalité des chances, de reprendre pied, de créer les conditions d’une existence digne pour conduire sa vie en toute liberté et permettre à chacun.e de se réaliser. Cette conviction ne m’a jamais quitté depuis.
 

À 20 ans, en 2002, déterminé à m’engager pour plus de justice sociale, j’adhère au parti socialiste. Mes années au comité de la Jeunesse socialiste vaudoise me donneront le goût de l’action collective, de la fraternité entre militants engagés pour une cause commune (manifestations de 2003 contre la guerre en Iraq, pour la création de places d’apprentissages ou encore contre les politiques d’austérité), de la confrontation des idées (en 2003, Christoph Blocher est à son apogée), de l’abnégation aussi.

En 2006, sur le point de terminer mes études à la Faculté de droit de Lausanne (après une année à l’Université de Zurich), je me présente au Conseil communal de Lausanne, que je rejoindrai en 2009 comme vient-ensuite. En février 2012, je soutiens ma thèse de doctorat à l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève avec mention. Ma thèse porte sur les droits collectifs des peuples autochtones face aux velléités de sociétés de négoce, bien implantées en Suisse, de captation de leurs ressources naturelles (thèse publiée en 2013 aux éditions Stämpfli). En avril 2012, à ma première tentative, je suis élu au Grand Conseil, avant d’être réélu pour un deuxième mandat au Parlement en 2017. Au Grand Conseil, je siège dans la Commission des institutions et des droits politiques. Le 01.07.2020, je suis élu président du Groupe socialiste au Grand Conseil, succédant à Valérie Induni, après 4 années de très bon travail (article de 24heures du 25.06.2020).

 

Le 27.04.2019, réuni en Congrès à Moudon (en présence de près de 350 membres de tout le canton), le Parti socialiste vaudois me désigne, à la suite d'une élection interne, candidat pour les élections au Conseil national du 20.10.2019 sur une liste emmenée par Ada Marra, candidate au Conseil des Etats, avec Adèle Thorens, candidate des Vert.e.s. La liste conserve ses cinq sièges au Conseil national et tous les candidat.e.s sortant.e.s sont réélu.e.s. Pour moi, ce fut une belle expérience.

Parallèlement à mon engagement politique, je m’implique dans la vie associative. De 2011 à 2016, je préside notamment l’Association Films Plans-Fixes, qui réalise des portraits filmés sans reprise ni coupure de personnalités suisses qui composent notre mémoire collective. Entre 2012 et 2016, j’interviens comme conseiller juridique pour Insieme Vaud, association de défense de personnes handicapées. J’y découvre la générosité et le dynamisme de parents déterminés à tout mettre en œuvre pour que leurs enfants en situation de handicap gagnent en autonomie et s’épanouissent. Ces expériences renforcent mon ouverture aux autres, à la richesse et à la diversité qui composent notre tissu social. Depuis 2019, je m'engage aux côtés des jeunes en difficultés, comme membre du Comité de la Maison des Jeunes. Composée d'éducatrices/teurs professionnels, cette structure donne une chance aux jeunes que la vie n'a pas épargné.

Entre novembre 2015 et août 2020, j'ai exercé comme juriste au syndicat Unia, puis comme responsable du service juridique (ad interim) en 2020. Cette activité m'a confronté à la précarité de trop nombreuses travailleuses et travailleurs. Je m'y suis engagé pour des conditions de travail correctes, pour l'égalité salariale femmes-hommes ou encore contre l'exploitation des faux indépendants. Depuis septembre 2020, je travaille comme responsable du service conseil à la Fédération romande des consommateurs. Les enjeux y sont nombreux: dénonciation des mauvaises pratiques commerciales, développement durable, protection de la santé et des données personnelles. Le pouvoir d'agir des consommatrices et des consommateurs doit être renforcé en leur permettant de prendre des décisions en toute connaissance de cause

Mes mandats politiques

Député au Grand Conseil vaudois

Président du Groupe socialiste

Membre de la Commission des institutions et des droits politiques

Ma profession

Responsable conseil à la Fédération romande des consommateurs (FRC)

Parcours

Marié et père de deux filles (nées en 2014 et 2015)

1982 : Naissance à Sierre (Valais)

1992 : Arrivée dans le canton de Vaud

2006 : Master en droit suisse aux Universités de Lausanne et Zurich (en allemand)

 

2007 : LL M en droit international à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas, en anglais)

2009 : Election au Conseil communal de Lausanne, commission des finances

2012 : Election au Grand Conseil vaudois et doctorat en droit international à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID)

2015: Juriste au Syndicat Unia Vaud et Responsable du service juridique ad interim (jusqu'en août 2020)

2017 : Réélection au Grand Conseil vaudois, président de la commission institutions et droit politiques

2019 : Candidat sur la liste du Parti socialiste vaudois au Conseil national

2020 : Président du Groupe socialiste au Grand Conseil vaudois, Responsable Conseil à la Fédération romande des consommateurs (FRC, depuis septembre 2020)

Associations

Association de la Maison des Jeunes (réinsertion des jeunes en difficultés) : membre du comité

Association Espace de Soutien et de Prévention - Abus Sexuels : membre du comité

Association des juristes progressistes vaudois (JPV) : membre

 

Association de soutien aux victimes de traite et d’exploitation (ASTREE) : membre

 

Association Films Plans-Fixes (Président, 2011-2016) : membre

 

Association suisse des locataires (ASLOCA) :  membre

Association des Tribunaux arbitraux de l'industrie vaudoise de la construction : président

 

Cap-Contact Association : membre

Fédération romande des consommateurs (FRC): membre

 

Fédération suisse des sourds (FSS) : donateur

 

Greenpeace : membre, donateur

 

Insieme Vaud (conseiller juridique et membre du comité 2012-2016) : membre

 

Ligue suisse des droits de l’Homme : membre

 

Parti socialiste (membre de droit du comité directeur du PS Vaudois 2020) : membre

Transparence

Le financement d’une camapagne électorale ou d’une votation a une influence sur son résultat. Les Vaudoises et les Vaudois ont le droit de savoir qui sont les groupes d’influence ou individus qui financent tel élu ou parti politique. Je m'engage sans réserve pour une loi sur la transparence du financement des partis politiques et des campagnes de votation.

 

Le parti socialiste vaudois n’accepte pas de dons d’entreprises. Son financement repose essentiellement sur les cotisations de ses membres et les contribution de ses élu.e.s.

 

Je ne perçois aucun revenu d’entreprise ou d’individu en lien avec mon activité politique. Voici les revenus tirés de mon mandat de député au Grand Conseil vaudois, s’ajoutant à ceux de mon activité professionnelle à un taux d’activité de 80%.

 

Revenus de député au Grand Conseil en 2019 :

Séances du Grand conseil : CHF 19'200.-                   

Commissions parlementaires : CHF 6'540.-                  

Indemnités de déplacement : CHF 740.-                

Indemnités frais informatiques : CHF 800.-       

Indemnités vice-président Groupe PS : CHF 1'000.-

(c) 2020, Jean Tschopp

  • Facebook - Jean Tschopp
  • Twitter - Jean Tschopp
  • Instagram - Jean Tschopp